Cgcc french logo
Toronto region board of trade logo

Depuis plus de 175 ans, le Bureau de commerce de la région de Toronto est la voix qui représente les perspectives de la plus grande communauté d'affaires du Canada. La Chambre préconise des politiques axées sur la croissance qui favorisent la compétitivité et la durabilité.

la Chambre de commerce De La région de Toronto

présidentE et directrice général (PDG)

Jan De Silva

Chairman

La présidente et directrice générale (PDG) de la Chambre de commerce de la région de Toronto (CCRT), Jan De Silva, est une cheffe d’entreprise influente reconnue dans tout le Canada. À la tête d’une organisation vieille de 175 ans dans la plus grande ville de notre pays, Jan De Silva est le visage public d’une grande partie de la communauté des affaires du Canada.

La CCRT est à la fois une organisation de réseautage, un groupe de réflexion, un groupe de pression et même une recruteuse. Dans son rôle, Mme De Silva rencontre des représentants du gouvernement, des investisseurs étrangers et des milliers de personnes représentant des entreprises de tous les secteurs et de toutes les tailles. Jan De Silva écoute activement les membres de la CCRT pour soutenir la croissance économique de Toronto.

Jan De Silva est membre du Conseil des grandes villes canadiennes (CGVC) avec huit autres PDG de chambres de commerce des grands centres urbains du Canada. Elle est la voix des plus grands. Dans le cadre de son rôle, elle s’adresse aux médias de l’Ontario et du pays pour représenter le point de vue du milieu des affaires sur les questions de l’heure.

Que Fait la Chambre de commerce de la région de Toronto?

Le Bureau de commerce de la région de Toronto a été fondé en 1845 et représente aujourd'hui plus de 13 500 entreprises membres dans la région du Grand Toronto. La CCRT fonctionne à partir de deux sites. L'un au centre-ville, au cœur du quartier financier de la ville, et l'autre près de l'aéroport international Pearson de Toronto. Partout dans la région, le personnel de la CCRT s'efforce de représenter et d'unir le secteur privé de Toronto par le biais de services aux entreprises, d'installations, d'événements, d'élaboration et d'analyse de politiques et de défense des intérêts.

La Chambre de commerce de la région de Toronto défend une politique axée sur la croissance, qui soutient la compétitivité des entreprises privées dans la région du Grand Toronto. L'ensemble de son travail d'élaboration de politiques et de programmes est réalisé en tenant compte de ses principaux piliers stratégiques : commerce, transport et talents. La CCRT a pour mission de faire de Toronto et de ses environs la région commerciale la plus courue au monde.

la Chambre de commerce de la région de Toronto A PARTICIPÉ À LA CRÉATION DU Conseil des grandes villes canadiennes (CGVC)

En 2015, le CGVC a été créé pour représenter les grands centres urbains du Canada à l’échelle nationale. Malgré de vastes différences régionales, il existait des similitudes notables dans les problèmes auxquels sont confrontés les milieux d’affaires de chaque grande municipalité. Pour combattre ces défis et devenir une voix plus influente, les chambres de commerce et les bureaux de commerce de sept grandes villes se sont associés.

En tant que l’une des chambres de commerce les plus importantes et les plus influentes d’Amérique du Nord et de la ville la plus peuplée du Canada, la CCRT a contribué à façonner le CGVC. Certains des premiers guides de politiques du CGVC proviennent notamment de recherches effectuées par le Bureau.

POLITIQUES CLÉS DE la Chambre de commerce de la région de Toronto

En tant que membre du CGVC, le Bureau de commerce travaille sur des cadres politiques pour guider ses activités nationales et ses relations interprovinciales. En collaborant avec les autres grands centres urbains du Canada, les politiques économiques sont élaborées non seulement pour s’aligner sur la vision et les objectifs stratégiques propres à Toronto, mais aussi pour les défendre au niveau national et interprovincial.

En 2016, une étude a été menée qui a clairement montré que pour propulser la prospérité et la compétitivité de Toronto, il fallait renforcer les réseaux de transport. Aucune organisation ne s’était montrée à la hauteur du défi. La nécessité de permettre aux personnes, aux produits et aux services de se déplacer plus rapidement était plus qu’une question régionale. En réponse, des efforts de plaidoyer ont été faits en collaborant avec d’autres organisations pour soutenir les infrastructures aéroportuaires jusqu’aux trains régionaux.

En 2018, la CCRT s’est associée aux chambres de commerce de Calgary, Brampton, Edmonton, Halifax, Montréal, Vancouver et Winnipeg sous le nom de CGVC pour réclamer une stratégie urbaine nationale visant à faire progresser la livraison des infrastructures.

Maintenant, l’accent est mis sur l’accélération de la reprise économique après que Toronto ait subi les mesures sanitaires les plus sévères au Canada.

INITIATIVES RÉCENTES DU CGVC

There are many ways to help our cause

Obstacles au commerce interprovincial

Le Conseil des grandes villes canadiennes s'efforce d'éliminer les obstacles que les provinces rencontrent dans le commerce interprovincial des produits nationaux.

Infrastructure aéroportuaire

Le Conseil des grandes villes canadiennes promeut les politiques nationales de transport aérien dans le but de soutenir et de développer des économies concurrentielles.

Stratégie urbaine

Le Conseil des grandes villes canadiennes recommande la mise en œuvre d'une stratégie urbaine nationale pour les centres urbains du Canada. Cela permettra une coordination avec les entreprises afin de créer un maximum d'avantages commerciaux pour les entreprises canadiennes et de favoriser les investissements dans notre croissance urbaine.

Objectif Croissance

Pour s'assurer que le Canada et ses régions métropolitaines continuent d'être les meilleurs endroits pour vivre, travailler et investir, le Conseil des grandes villes canadiennes invite les gouvernements à soutenir la croissance des entreprises à l'échelle nationale.

LA LUTTE DE LA RÉGION DE TORONTO CONTRE LES BARRIÈRES COMMERCIALES

Depuis des générations, le Conseil défend le libre-échange, la mobilité des talents et de meilleurs réseaux de transport. Récemment, après le plus long confinement au Canada, la mission de la Commission se concentre sur les efforts de relance économique et la réponse au COVID-19. Jan De Silva soutient activement les entreprises de Toronto, quelle que soit leur taille ou leur offre, dont la réouverture est un succès (et qui restent ouvertes!) Jan De Silva plaide contre les formalités administratives liées à la conduite des affaires dans d’autres provinces. La paperasserie se traduit par une diminution du commerce interprovincial, ce qui réduit les investissements internationaux et augmente les prix pour les consommateurs canadiens.

À l’heure où l’économie canadienne rouvre ses portes, elle fait partie des chefs d’entreprise qui affirment que l’élimination des obstacles au commerce interprovincial pourrait contribuer à la reprise des affaires et à la croissance économique. Le Conseil des grandes villes canadiennes (CGVC) a lancé en juillet 2020 une série de vidéos sur les médias sociaux mettant en lumière les obstacles auxquels les provinces sont confrontées en matière de commerce interprovincial de produits nationaux.

Jan De Silva s’est jointe à des personnes clés du milieu des affaires qui ont réalisé des vidéos sur les médias sociaux pour plaider en faveur de la réduction des formalités administratives dans le commerce national. Elle a affirmé qu’en publiant ces vidéos, ils espéraient « capter l’attention du public » en illustrant les obstacles auxquels se heurtent les entreprises canadiennes et internationales et qui entraînent une diminution du commerce interprovincial et des investissements internationaux ainsi qu’une hausse des prix pour les consommateurs canadiens.

De plus, elle a parlé aux médias de l’Ontario de la façon dont ces obstacles ont un impact injuste sur certaines industries. Des permis supplémentaires et des règles différentes signifient que l’acheminement de services ou de produits au Québec ou au Manitoba peut être coûteux ou impossible. Cela affecte injustement les PME. Il est souvent difficile, voire impossible, pour les gens de métier de travailler dans différentes provinces, ce qui a un impact considérable sur les personnes qui vivent à Toronto.

MÉDIAS

Nous sommes la voix de plus de la moitié des propriétaires d'entreprise canadiens. Nos efforts de plaidoyer sont représentatifs, bien documentés et analysés. Ils sont recherchés et respectés par le gouvernement, les chefs d'entreprise et les médias. Prenez contact avec nous pour en savoir plus.