Pour une stratégie urbaine nationale

Nous devons nommer des conseillers nationaux dans chacun de nos centres urbains. Cet investissement dans une stratégie urbaine à l’échelle fédérale nous permettra de sensibiliser les entreprises et de travailler avec elles afin de créer un maximum d'avantages commerciaux pour les communautés d’affaires du Canada.

NOTRE POLITIQUE URBAINE CANADIENNE

Le Conseil des grandes villes canadiennes (CGVC) est un fervent défenseur des politiques nationales qui permettent de bâtir des économies urbaines canadiennes compétitives et durables. En collaboration avec les chambres de commerce de tous les grands centres urbains, le CGVC a demandé aux partis fédéraux en campagne électorale d’appuyer l’élaboration d’une stratégie urbaine nationale.

Il s’agit d’une proposition visant à aider les villes à bâtir les infrastructures dont elles ont besoin pour soutenir la compétitivité économique du Canada et renforcer sa position sur les marchés internationaux.

La réussite économique des secteurs privés du Canada dépend de la qualité et de la capacité de ses infrastructures urbaines, de transport, commerciales et numériques. Sans une stratégie globale de développement économique, le Canada et ses zones de commerce régionales sont limités dans leur capacité à se développer et à atteindre des marchés plus importants.

LA STRATÉGIE URBAINE NATIONALE DU CGVC AJOUTE-T-ELLE PLUS DE RÈGLEMENTS?

La politique ne signifie pas nécessairement la création de nouveaux règlements. Parfois, une bonne politique consiste à supprimer les réglementations qui entravent le développement économique. Ainsi, lorsque les formalités administratives deviennent trop coûteuses, cela peut décourager les entreprises et nuire à la prospérité économique.

INTRODUCTION

Le Conseil des grandes villes canadiennes (CGVC) préconise l’élaboration d’une stratégie urbaine nationale cohérente. L’objectif premier de cette stratégie urbaine est d’aider les villes à construire les infrastructures nécessaires pour favoriser la croissance commerciale dans tout le pays et renforcer la position du Canada dans l’économie mondiale concurrentielle.

La première étape de cette stratégie urbaine nationale consiste à créer un conseil regroupant des conseillers nationaux pour administrer et surveiller ces politiques économiques. Ceux-ci peuvent compiler des données cohérentes et créer des recommandations éclairées à l’intention des divers secteurs et régions grâce à leur expertise propre à l’industrie. Ces conseillers nationaux fourniraient au CGVC de meilleurs paramètres pour sensibiliser et soutenir les entreprises canadiennes. C’est une ressource qui n’existe pas dans la plupart des centres de commerce urbains.

Les villes-régions appuient leur attractivité économique sur un ensemble de politiques, d’organisations et d’investissements engagés dans leurs infrastructures qui leur permet d’être alignées sur les priorités régionales dans lesquelles elles s’inscrivent. En fournissant aux régions des lignes directrices et des stratégies générales pour leurs secteurs et industries respectifs, nous renforcerons la compétitivité de l’économie canadienne.

TROIS GRANDS CHANGEMENTS DE POLITIQUE POUR L'ÉLABORATION DE LA STRATÉGIE URBAINE

Pour qu’une stratégie urbaine nationale puisse être mise en œuvre avec succès, trois grands changements de politique devraient se produire :

1.

Un organisme central ou un bureau au sein d’un ministère existant devrait mesurer la qualité des infrastructures, diffuser les meilleures pratiques pour les régions et définir les objectifs nationaux de la politique urbaine. Actuellement, l’évaluation du soutien aux infrastructures est laissée aux agences provinciales et aux organismes à but non lucratif, sans normes codifiées et avec un manque de ressources nécessaires.

2.

Les acteurs et leaders économiques régionaux doivent jouer un rôle central dans le développement de la planification à long terme des infrastructures urbaines. Les gouvernements provinciaux, les agences, les institutions et autres intervenants clés serviraient d’intermédiaire à un plus grand nombre d’entités régionales en signant un accord avec Ottawa.

3.

Le financement fédéral des infrastructures urbaines « financerait le plan » au moyen de subventions par habitant ou quasi par habitant, plutôt que de financer des projets ou des programmes. Ainsi, les villes et les villes-régions disposeraient d’une plus grande marge de manœuvre pour remplacer la part des coûts assumée par les municipalités par des recettes provenant du gouvernement fédéral, d’organismes, d’investissements dans les régimes de retraite ou d’autres sources.

APPEL À L'ACTION POUR UNE STRATÉGIE NATIONALE CANADIENNE

Le succès économique des secteurs privés du Canada dépend de la qualité et de la capacité de ses infrastructures urbaines, de transport, commerciales et numériques. Sans ces fondations, le Canada et ses zones de commerce régionales sont limités dans leur capacité à évoluer et à être concurrentiels sur de plus grands marchés.

« Sans un processus de planification continu et une stratégie de financement cohérente pour les infrastructures, le Canada prend du retard par rapport aux autres pays, ce qui a des répercussions sur la compétitivité des entreprises, la croissance de l’emploi et la qualité de vie. » —Jan De Silva, président et chef de la direction du Chambre de commerce de la région de Toronto et président du CGVC en 2018.

Un processus de planification économique de cette envergure nécessite la présence de conseillers nationaux dans chaque centre urbain pour superviser la mise en œuvre d’une stratégie de développement urbain cohérente. En outre, la planification économique à long terme exige que d’autres acteurs se joignent à la conversation. Les acteurs gouvernementaux, les intervenants du secteur privé, les médias et toute autre personne concernée par le développement économique futur du Canada doivent exprimer leurs préoccupations. Le CGVC se consacre à la construction d’une meilleure économie canadienne par le biais de discussions et de collaborations inclusives. Veuillez consulter notre page de membres ou nous contacter pour toute information ou question que vous pourriez avoir.

DANS LE CONTEXTE DE LA REPRISE ÉCONOMIQUE EN CAS DE PANDÉMIE

Dans son rapport de 2018 sur la stratégie économique canadienne, le Conseil des grandes villes canadiennes a présenté des politiques visant à atténuer les événements externes susceptibles de perturber la continuité des activités. Dans le contexte de la pandémie de covid-19, le rapport s’est avéré être un effort prémonitoire pour la reprise de la crise économique.

Le rapport préconise une approche simplifiée de la distribution des fonds afin d’aider rapidement les entreprises touchées en période de crise :

« L’affectation de fonds fédéraux de manière fluide à des plans de villes et de villes-régions plutôt qu’à des projets signifie que, pour la grande majorité des investissements urbains fédéraux, il sera moins nécessaire de négocier et d’approuver des projets spécifiques. Ainsi, il y aura moins de temps et d’énergie gaspillés en redondances et renégociations. Pour ceux qui s’inquiètent de la nécessité d’une diligence raisonnable, les fonctionnaires fédéraux d’un bureau d’infrastructure impartial peuvent désormais assumer le rôle de fixer des normes et de vérifier ponctuellement les progrès réalisés par rapport à celles-ci, plutôt que de procéder à des approbations initiales et répétitives. » (Planification d’un avenir urbain, p. 29, 2018)

Une plus grande fluidité dans la distribution des fonds fédéraux permet non seulement d’accélérer la distribution des fonds, mais contribue également à l’adaptabilité et à la cohérence entre les régimes gouvernementaux fédéraux. En effet, les changements raisonnables apportés au financement peuvent être mieux pris en compte sans renégociations fastidieuses et sans incertitude entre les parties changeantes.